mososah
obser
twitter
facebook Mososah (2)

capLeft

capRight

 Les acteurs du logement

 Répertoire des projets

 Sites recommandés

Revue de presse

faire un don

 Editorial -Editorial

Le logement loin des yeux, loin du cœur et des préoccupations électorales

Malgré une indécente débauche de moyens, le premier tour des élections présidentielles cumulé avec le premier tour des élections municipales et le deuxième tour des élections législatives s'est achevé sur une note assez satisfaisante pour notre pays abonné aux violences électorales. Il ne nous reste qu'à espérer que le centre de tabulation contrôlé par l'international ne sera pas le théâtre de (lire +)

Enquete  -Enquête

L’habitat collectif demeure un défi

Alors que Port-au-Prince continue de s’étaler en faubourgs tentaculaires, la question de l’habitat collectif et de la vie en appartement redevient d’actualité. Pourtant jusqu’ici les tentatives de construction ne semblent pas donner satisfaction. Découverte de quelques initiatives récentes ou plus anciennes.

La Saline. A quelques encablures du plus grand marché de la capitale, quelques bâtiments sur 3 niveaux illustrent l’une des tentatives de construction de logements collectifs qui ont émaillé les mandats de Jean-Bertrand Aristide et de René Préval. Douze immeubles ont été érigés pour accueillir 240 familles. Chacune s’est vue attribuer une ou deux pièces, lors d'une distribution très (lire +)

 Interview -Interview

« Il y a tout un travail à faire pour que les gens comprennent le concept de logement social »

Jean-Rénol Elie, sociologue, est professeur à la Faculté des sciences humaines de l’Université d’État d’Haïti à Port-au-Prince. Il explique comment la sociologie peut contribuer à améliorer la crise du logement que connait Haïti.

Quel pourrait être le rôle du sociologue dans l’amélioration des conditions de logement ? Quand on parle de logement ce n’est pas une question qui incombe uniquement aux ingénieurs, aux architectes. Il y a tout un environnement, des conditions économiques, des conditions sociales qui interpellent le sociologue. Comment les gens s’organisent pour se loger et dans quel cadre vont-ils socialiser leurs enfants, quels  types  de  relations  s’observent  entre  les gens  qui  habitent un  (lire +)

 Editorial -Editorial

A Lumane Casimir, 5 ans après le 12 janvier 2010, le calvaire n’est pas terminé

Il se passe de drôles de choses en matière de relogement en Haïti.  Nous nous sommes un peu trop habitués aux images des familles vivant sous les tentes , dans des abris provisoires déglingués, sur les pentes des ravines, sur le Morne l'Hôpital, dans le désert de Corail Cesselesse etc. pourvu que ce ne soit pas trop près des beaux quartiers.  Vous connaissez tous l'histoire du bidonville  Jalousie qui s'est trouvé exposé aux yeux des clients d'un tout nouveau grand hôtel à Pétion-Ville. On a peint les façades des maisons pour faire plus exotique. Sauf qu'on a tout simplement oublié d'expliquer aux familles (lire +)

Enquete  -Enquête

Expulsions, arrestations, emprisonnements sèment la tension au village Lumane Casimir

Le village Lumane Casimir était l’un des projets phares de la présidence Martelly. 4 ans après son lancement, à peine 40 % des constructions prévues ont été érigées, et seul un tiers des logements finis sont habités. Plus grave, des ménages s’y sentent menacés par des méthodes pour le moins musclées de l’unité de gestion  mise en place par l’UCLBP.

« Surtout ne mets pas mon nom dans l’article, je ne sais pas ce qu’ils pourraient me faire, » s’inquiète cette mère de famille installée au village Lumane Casimir depuis un peu plus d’un an. Au pied du Morne à Cabris, en cet après-midi de janvier, les lieux du projet phare de la présidence Martelly en matière de logement semblent pourtant paisibles. Dans les rues tracées au cordeau, entre les petits cubes de couleurs surmontés chacun de leur réservoir de plastique noir et sagement suspendus à l’entrelacs de câbles qui les relie au réseau (lire +)

 Editorial -Editorial

Bowenfield : nouvelle chronique d’un échec annoncé ?

Fin juillet début aout 2014, une nouvelle a fait la une et les grands titres en Haïti : le Gouvernement a annoncé le lancement d’un mégaprojet résidentiel et commercial. On y relève la perspective de  111 immeubles (pas moins) de 6 étages, capables de résister à des séismes de magnitude 8,2 sur l’échelle de Richter dont 5 seraient consacrés au logement, des appartements de 70 mètres carrés, tous équipés en gaz propane (oui, vous avez bien lu). Les rez-de-chaussée seraient quant à eux dédiés au commerce. Le site de construction est identifié, c’est l’ancien aéroport militaire Bowenfield. Ce complexe comptera également des infrastructures culturelles, sanitaires, éducatives, sportives et un commissariat. Mieux encore c’est un don (lire +)

scrarebleu  -Reportage

Delmas 32, des chantiers à suivre

Objet d’un financement spécifique de la Banque mondiale, la zone de Delmas 32 est animée de nombreux chantiers. Parmi ceux-ci, les projets de logements de JP/HRO et PADF avancent malgré un certain retard, sous le regard toujours dubitatif de riverains qui se sentent néanmoins laissés pour compte…

Des panneaux plantés ça et là dans le quartier le clament tout haut : Delmas 32 est en mode reconstruction. En quelques endroits, des chantiers sont entamés, certains travaux sont même déjà livrés. En d'autres, le message contraste avec le paysage anarchique qui se déploie en arrière-plan. Mis en oeuvre depuis 2011, le projet d'aménagement et de restructuration de Delmas 32, piloté par la Bureau de monétisation des programmes d'aide au développement (BMPAD), ambitionne de moderniser ce quartier densément peuplé (lire +)

Enquete  -Enquête

A Baillergeau, problème de fond pour la reconstruction

L’insécurité foncière entrave profondément la reconstruction post-séisme. Illustration à Port-au-Prince, dans le quartier de Baillergeau, où la nécessité pousse les habitants à remplacer leurs abris par des constructions en blocs, en l’absence de titre de propriété valide. Au risque de déclencher des litiges plus ou moins violents…

Bienvenue à Baillergeau, l’un des quartiers informels de Port-au-Prince qui s’étend au pied du Morne l'Hôpital, non loin de Pacot. Sévèrement touché par le tremblement de terre de janvier 2010, l’endroit a compté ses morts et aussi ses dégâts matériels, nombreux. Sur les deux rives de la route pentue et accidentée qui le traverse, s'offrent désormais à la vue des centaines d'abris précaires faits de tôle ou de vielles bâches marquées des initiales d'organisations internationales... Mais depuis peu, les habitants se mobilisent et tentent de reconstruire (lire +)

Actualité -Actualité

Un forum interroge sur la politique de la ville

Le Ciat organisait, du 10 au 17 mars, son premier forum urbain national. Ateliers, visites et conférences se sont succédés pour déboucher sur une déclaration à l’attention des décideurs, qui souligne l’impuissance de l’administration haïtienne : la ville doit être l’objet de politiques concrètes et Haïti doit se donner les moyens de développer une réelle fonction publique territoriale.

La grande salle de l'hôtel Karibe bruisse de responsables politiques, membres du secteur privé, professionnels ou simples citoyens venant de diverses régions du pays. Au menu, la ville et un constat glacial : la population urbaine du pays a explosé ces vingt dernières années – passant de 22 % en 1982 à 53 % aujourd'hui – tandis que les villes, elles, ont gardé (lire +)

Actualité -Actualité

Caritas Haïti dresse son bilan en matière de logement et annonce un colloque en mars 2014

Reunis en atelier de travail le 17 janvier, l’organisation et ses partenaires ont passé en revue leurs projets et réalisations depuis le séisme du 12 janvier 2010. L'occasion pour ce réseau d'organisations de définir une nouvelle ligne d'action et de discuter des obstacles qui entravent la reconstruction du pays depuis quatre ans.

Reconstruire non pas de simples logements mais des habitats modèles, tel est l'objectif que s'était fixé après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 le réseau Caritas en Haïti. Quatre ans après le début de ses interventions, l'organisation livre son bilan: 1335 logements permanents (lire +)

Enquete  -Enquête

D’une tente à une chambre, rien n’a vraiment changé

Officiellement, la population des camps de personnes déplacées a drastiquement diminué en Haïti : - 90 % en 4 ans. Ce qui pourrait sembler positif représente pourtant une occasion manquée. Plutôt que de profiter du séisme pour mieux reconstruire la capitale, le plan de relocalisation des habitants ne vise qu’à les réinstaller pour 1 an dans les mêmes quartiers mal construits qu’auparavant.

Officiellement, les programmes de retour des déplacés du séisme de 2010 dans leurs quartiers, mis en œuvre par le gouvernement haïtien et des organisations non-gouvernementales ont permis de diminuer la population de sinistrés vivant dans les camps. Celle-ci est passée d’1,5 million d’individus en 2010 (lire +)

Actualité -Actualité

Trop de solutions temporaires, pas assez de logements durables

Lors du Ier Forum national des organisations communautaires amies du Cerfas, une table ronde était consacrée au droit au logement. L'occasion de présenter quelques données récentes sur la reconstruction et d'en dresser un constat alarmant.

"Près de quatre ans après la catastrophe du 12 janvier 2010, les travaux en cours au centre-ville de Port-au-Prince se limitent à quelques bâtiments publics et à des logements provisoires et rapidement édifiés en dehors d'un programme global de reconstruction," analyse le Cerfas (Centre d’étude, de réflexion, de formation et d’action sociale) dans un document (lire +)

Actualité -Actualité

L’UCLBP annonce la constitution de cités services dans la zone métropolitaine

Le 8 octobre dernier, dans le cadre des après-midi du territoire organisés par la Fokal, différents intervenants se sont réunis en table ronde pour discuter de la problématique du logement dans la zone métropolitaine. L’occasion pour l’UCLBP d’annoncer la mise en place d’un nouveau concept : celui de cités-services.

« L’Unité de construction de logements et de bâtiments publics (UCLBP) est en phase de faire valider, de manière définitive, une politique nationale de logement et d’habitat, » a annoncé le directeur de la division du logement de cette unité, Odnell David, le mardi 8 octobre 2013. Cette politique aurait l’ambition d’offrir aux familles à revenus modestes (lire +)

Recherche  -Recherche

« Ceux qui offrent ces maisons ne nous respectent pas »

Une étude, lancée par l’Observatoire, révèle les opinions négatives des Haïtiens par rapport aux logements récemment construits par l’Etat et les ONG. Elle suggère aussi quelques pistes pour élaborer une définition haïtienne du logement décent.

Cages à pigeons, tombes, bicoques, les comparaisons péjoratives ne manquent pas pour qualifier les logements mis à disposition des Haïtiens depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Tel est l’un des enseignements d’une étude menée (lire +)

Enquete  -Enquête

Financement du logement : le règne du système D

Déterminés à reconstruire leurs foyers, les Haïtiens continuent à consentir de grands sacrifices pour financer les travaux. Et ce malgré un soutien bancaire très limité. Rencontre avec 7 d’entre eux qui nous présentent leurs stratégies respectives. 

En sueur après une longue journée de travail, arborant un sourire d'enfant récompensé, Pétidor, la cinquantaine accomplie, contemple sa maison reconstruite. Celle-ci comporte quatre pièces et un couloir recouverts de béton, un parking et une arrière-cour. Construit au prix de grands efforts, ce foyer aménagé (lire +)

 -Actualité

Du camp de déplacés au « village » qui n’en est pas un

Le documentariste Jon Bougher raconte l’histoire d’un groupe d’habitants de Delmas, victimes du tremblement de terre du 12 janvier 2010 et forcés de s’installer à Canaan. Son film, présenté à la FOKAL vendredi dernier, met en relief le manque de logements sociaux et l’abandon dans lequel sont laissées les classes populaires haïtiennes.

126 familles tentent difficilement de reconstruire leurs vies à Canaan, zone anarchique du nord de Port-au-Prince, dans un « village » appelé « Mozayik », du nom du camp de personnes déplacées de Delmas 30 (périphérie nord) où elles s’étaient réfugiées à la suite du séisme de janvier 2010. Leur histoire fait l’objet d’un film du même nom (lire +)

 Editorial -Editorial

 L'Etat haïtien a-t-il une politique nationale de logement ?

Apres le terrible séisme qui a frappé le pays le 12 janvier 2010, faisant plus de 200 000 morts, détruisant et endommageant gravement plus de 200 000 logements, pour un pays qui était déjà confronté à une sévère crise du logement et où seuls les bidonvilles sont en voie de développement, on aurait pu penser que la priorité des priorités, l'urgence des urgences pour les gouvernements d'hier et d'aujourd'hui ainsi que pour les Parlementaires serait un Plan national de logement. Pourtant, plus de trois ans après, (lire +)

 -Actualité

Les maisons controversées d’Ekam convoitées par l’université

A Caracol, dans la proximité du Parc Industriel mais aussi de la toute jeune université de Limonade, le projet de logements Ekam est sur le point d’accueillir ses premiers habitants. Le programme, mené dans une transparence très relative, attire déjà de nombreuses critiques.

Le long de la route nationale 6 qui sillonne la côté Nord-Est d’Haïti, soudain, surgissent des dominos de couleurs, un alignement de baraques qui, de loin, font penser à des jouets incongrus alignés sur un rayonnage de supermarché. Malgré un remarquable retard, le projet de logements de Caracol, prénommé Ekam est sur le point d’être livré, au grand dam de certaines autorités locales. « C’est vraiment laid, (lire +)

 Réflexion -Réflexion

Synergie entreprise-université pour un développement régional intégré

A Limonade, Jean-Marie Théodat, président du conseil de gestion provisoire, demande l’attribution d’une partie des logements du projet Ekam-USAID à ses étudiants. Une opportunité qui permettrait de lier les entreprises du parc industriel et l’université, les ouvriers et les étudiants, tout en contribuant à un développement local sans précédent.

La clé du développement d’un territoire se trouve dans sa capacité à réunir puis à mobiliser sur place des ressources humaines en vue de la réalisation de projets d’intérêt économique élevé. Dans la région du Grand Nord, nous voyons se mettre en place un processus (lire +)...

Le Chiffre à la une

   41 % des logements haïtiens  ont été endommagés par le séisme du 12 janvier 2010. Tel est l’un des résultats extraits de l’enquête ECVMAS (Enquête sur les conditions de vie des ménages après le séisme) conduite fin 2012 en Haïti. Si le département de l’Ouest (lire +)    

 

 

ROUGE A

 

CARTON

carton_rouge

 USAID

  Lentement et sans bruit, le « village » d’Ekam, également appelé Ti Koulin, a accueilli ses premiers habitants en octobre dernier. Le premier bilan est pour le moins mitigé en ce qui concerne la qualité des constructions (lire +)

PhotoEncadre

 

L’Observatoire a besoin de votre participation

 

 

Les pages de l’Observatoire du logement en Haïti sont ouvertes à tous. Vous pouvez participer et publier dans notre rubrique Réflexion.  Univer- sitaires, étudiants,  profes- sionnels du bâtiment ou du logement, associations ou tout citoyen désireux de faire partager votre expérience ou votre vision, n’hésitez pas à nous proposer le fruit... (Lire +)

 

 

 

footerCapLeft

facebook twitter Mososah (2)
[Accueil] [Qui sommes nous] [Contact] [Participer]

footerCapRight