mososah
obser
twitter
facebook Mososah (2)

capLeft

capRight

 Les acteurs du logement

 Répertoire des projets

 Sites recommandés

Revue de presse

faire un don

Actualité -Actualité

L’UCLBP annonce la constitution de cités services dans la zone métropolitaine

Le 8 octobre dernier, dans le cadre des après-midi du territoire organisés par la Fokal, différents intervenants se sont réunis en table ronde pour discuter de la problématique du logement dans la zone métropolitaine. L’occasion pour l’UCLBP d’annoncer la mise en place d’un nouveau concept : celui de cités-services.

Article rédigé en partenariat avec AlterPresse , 11 octobre 2013

« L’Unité de construction de logements et de bâtiments publics (UCLBP) est en phase de faire valider, de manière définitive, une politique nationale de logement et d’habitat, » a annoncé le directeur de la division du logement de cette unité, Odnell David, le mardi 8 octobre 2013. Cette politique aurait l’ambition d’offrir aux familles à revenus modestes, particulièrement celles qui sont vulnérables, des conditions de logement beaucoup plus saines avec les services de base minimum.

« L’une des options retenue pour augmenter l’offre de logement est de développer des programmes de cité-services au niveau de la région métropolitaine de Port-au-Prince », explique Odnell David. « Ces cités-services permettraient, non pas d’éliminer les quartiers informels (les bidonvilles), mais d’inverser la tendance en favorisant à terme un développement urbain sous contrôle. Ces programmes seront mis en œuvre pour aider les familles à construire de meilleurs logements. »

Depuis le séisme du 12 janvier 2010, quasiment aucune solution durable n’a été apportée à la problématique du logement. Des familles sinistrées ont été relocalisées dans des abris provisoires mal construits, situés généralement dans des zones privées de services de base comme l’accès à l’eau potable et l’électricité. Deux lotissements ont été construits à Zoranjé et au Morne-à-Cabrit – même si celui-ci n’est toujours pas habité.

De plus, le projet 16/6, mis sur pied par le gouvernement en vue de relocaliser les personnes déplacées, a été vu, par des secteurs avisés, comme un échec, parce qu’il n’a fait que reproduire les mêmes structures existantes avant le tremblement de terre dévastateur. Il devait faciliter le retour des familles déplacées de 6 camps de la capitale dans leurs 16 quartiers d’origine, grâce à des subventions au loyer et à la réparation des maisons endommagées par le séisme. Mais la priorité était surtout de vider les places publiques occupées par les sans-abri au lendemain de la catastrophe.

En outre, récemment, un projet a été mis en œuvre pour peindre les maisonnettes de Jalousie, un bidonville qui surplombe le centre de Pétionville (périphérie est) alors que la population n’a accès à aucun service de base (lire l’enquête d’Ayiti Kale Je).

« Les pouvoirs publics doivent prendre en main la problématique du logement de manière à pouvoir offrir des solutions qui puissent correspondre aux attentes et aux besoins de la population haïtienne, » préconise Odnell David, soulignant la précarité dans laquelle vit la grande majorité de celle-ci.

Pour sa part, la responsable de l’unité urbanisme et habitat au Comité interministériel d’aménagement du territoire (Ciat), Rose-May Guignard, a abordé les perspectives et les enjeux liés à la problématique de l’habitat en Haïti.

« L’habitat est un mode d’occupation de l’espace pour tout ce qui a trait aux logements et l’environnement en relation avec les gens qui les habitent et toutes les infrastructures de base comme les centres de santé, les écoles et les marchés, » explique-t-elle pour souligner le caractère systémique de l’habitat. « Faire une ville c’est donc penser aux agencements des fonctions existantes dans le milieu, à sa densification, son extension et la gestion des risques », précise-t-elle en recommandant de penser la ville en Haïti dans sa diversité d’habitants et les types de produits nécessaires pour subvenir à leurs besoins.

« La création de la ville permet de créer la richesse en s’assurant que les investissements consentis dans des logements ou des bâtiments vont croitre en valeur à travers la mise en place d’infrastructures durables, a-t-elle poursuivi. » Quant au rôle de l’Etat dans la production de la ville, elle affirme: « La ville se fait avec des décisions privées mais, pour que cela fonctionne, il y a des décisions qui doivent être communes et prises par des instances publiques. »

En ce sens, elle encourage l’Etat à encadrer les familles dans la construction des villes. « Le rôle de l’Etat est de s’assurer qu’il y a un système de contrôle performant de construction et de planification urbaine, » a conclu la responsable de l’unité urbanisme et habitat au Ciat.

 

Les articles de l’Observatoire du logement en Haïti peuvent être reproduits gratuitement, à condition d'en indiquer clairement la source (© Observatoire du logement en Haïti) et l’auteur, avec lien actif vers notre site. Dans le cas de la reproduction sur un support papier la mention de l'adresse de notre site (www.observatoiredulogementenhaiti.org) est exigée. En revanche, les documents de la rubrique Réflexion relèvent de la propriété intellectuelle de leur auteur, seul à pouvoir délivrer l'autorisation de (re)publication. 

footerCapLeft

facebook twitter Mososah (2)
[Accueil] [Qui sommes nous] [Contact] [Participer]

footerCapRight